CNRS Ministère des Affaires Etrangères

Rechercher





Accueil > La recherche au CFEE > Axes de recherche > Axe 3. Transformations sociales et politiques dans la Corne de l’Afrique contemporaine

Mobilité et migrations de/dans la Corne de l’Afrique

Les très nombreux migrants éthiopiens, érythréens, somaliens et djiboutiens décédés à proximité des rivages de l’Europe du Sud ont attiré ces dernières années l’attention politique sur des zones jusque-là considérées comme marginales voire extérieurs au champ migratoire européen. Les mobilités de/dans la Corne ne se limitent toutefois pas à la figure des migrants tentant de se rendre en Europe. Des formes de mobilités, multiples et anciennes, font partie de dynamiques sociopolitiques et économiques qui façonnent la sous-région. C’est en particulier le cas de la relation entre le pastoralisme et les migrations intérieures générées par les déséquilibres de développement économique, l’urbanisation, et la transformation des modes de vie et des relations sociales, et ce dans un contexte de très forte instabilité politique, économique et environnementale. L’échelle locale du déplacement intérieur (qu’il soit dit « volontaire » ou « forcé ») ne doit donc pas être isolée des dynamiques transfrontalières, dont elle fait partie. L’observation des flux de migrants, de réfugiés et de déplacés aux frontières somalo-kényane, érythréo-éthiopienne, soudano-ougandaise, tchado-soudanaise, égypto-soudanaise etc., ainsi qu’à travers la mer Rouge, ont montré que les trajectoires de réfugiés et de migrants formaient souvent une succession d’étapes et d’itinéraires, d’allers-retours, de migrations pendulaires. Migrations saisonnières et déplacements de populations chassées par la violence, les conflits intercommunautaires ou la sécheresse, se mêlent aux mouvements de migrations régionaux vers des espaces ou des pays tiers jugés plus sûrs ou plus amènes pour y réaliser un projet migratoire de vie ou de survie. La Corne est donc à la fois un espace de dé-part, d’accueil et de transit. Les déplacements et migrations alimentent enfin des liens sociaux et économiques dynamiques entre ressortissants dispersés dans différents territoires, parfois organisés en diaspora.

Ce sous-axe de recherche du CFEE s’intéresse ainsi :
- aux migrations intra-régionales essentiellement liées aux conflits mais aussi aux changements climatiques ; tout comme aux mobilités professionnelles (pendulaires ou permanentes)
- aux migrations vers les pays du Golfe producteurs de pétrole, par exemple les mobilités des travailleurs (domestiques, métiers de service…) ;
- aux migrations vers les pays de l’OCDE, incluant Israël, via l’Égypte et la Libye puis la Méditerranée.
- aux mobilités des élites vers la Corne : retour de la diaspora, expatriés des institutions internationales (notamment d’autres pays d’Afrique), cadres d’entreprises et investisseurs étrangers (originaires de la Chine, la Turquie…).

Il inclut dans son analyse :
- les conditions d’accès à la mobilité selon leurs échelles et selon les sous-groupes étudiés (par exemple les différences de genre),
- les politiques publiques nationales et internationales destinées à limiter ou accompagner ces mouvements,
- la mixité des « statuts » reconnus à ces flux, tenant à la pluralité et à la conjugaison des motivations d’un départ ou d’un retour, qui obligent à considérer conjointe-ment réfugiés, déplacés, demandeurs d’asile, selon les spécificités des lieux de départ,
- la manière dont la migration agit et transforme les groupes de migrants sur les plans identitaires, socio-économiques, de statut.

Si les problématiques contemporaines liées aux migrations sont privilégiées, l’histoire des diasporas éthiopiennes et en Éthiopie fournit également un éclairage précieux sur ces dynamiques.

Actualités

Suivez les actualités de ce sous-axe sur le blog du CFEE

Bibliographie (depuis 2016)


Ambrosetti, D., Osmond, T. (2017). Different Faces of Migration in and from Ethiopia. Annales d’Éthiopie, 31, p. 199-201.

Bonacci, G. (2017). La terre promise des Rastafaris. Les Collections de l’Histoire, 74, p. 68-71.

Corbet, A., Ambrosetti, D., Labzaé, M., Bayle, G. (2017). Agents de l’État et acteurs humanitaires : enjeux d’une interdépendance négociée. Étude de cas à Gambella. Fonds Croix-Rouge française, Les Papiers du Fonds, 8.

Ferraro, G. (2017). From the mountains of Africa to Italy. Annales d’Éthiopie, 31, p. 293-319.

Ficquet, E., Ahmed Hassen Omer, Osmond, T. (dir.) (2016). Movements in Ethiopia, Ethiopia in Movement : Proceedings of the 18th International Conference of Ethiopian Studies, Addis-Abeba, Los Angeles. CFEE / AAU / Tsehai, 2 vol.

Gaudin, B., Solomon Teka, Simiyiu Mwanga, S. (2017). The sport migration of East African athletics. Annales d’Éthiopie, 31, p. 269-289.

Labzaé, M. (2017). Upstream for the (Expected) Medals : Running with Hope in Addis Ababa. in. Gaudin, B., Bezabih Wolde (dir.), Kenyan and Ethiopian Athletics. To-wards an Alternative Scientific Approach, Paris / Addis-Abeba, IRD Editions / CFEE.

Labzaé M. (2017). State-sponsored migrations in Ethiopia. Annales d’Éthiopie, 31, p. 203-223.

Lecadet, C., Medareshaw Tafesse Melkamu (2017). The expulsion of Ethiopian workers from Saudi Arabia (2013-2014). Annales d’Éthiopie, 31, p. 225-243.

Osmond, T. (2017). Turks in Ethiopia/Ethiopians in Turkey. Annales d’Éthiopie, 31, p. 245-267.